yvan noblet


Quand Yvan Noblet se raconte...

Sans une rencontre, il ne serait sans doute pas marin aujourd'hui. Sans la voile, sa vie ne l'aurait pas emmené en Irlande, son pays d'adoption. Yvan Noblet, 26 ans, vainqueur de la course "les Sables-Madères-Les sables 2007", associé à Patrick Morvan sur Appart' City, raconte son parcours. Avec passion.

 

appart city

"Je suis né au bord de l'eau, mais pas sur un bateau. Mon père était ostréiculteur, ma mère est restauratrice, à Riec sur Bélon sur les rives du Bélon. Dès l'age de 4 ans, j'étais sur les barques avec un surnom : "le p'tit capitaine du port." Mon papa (Jacky), est décédé en 1985, et Patrick Morvan est arrivé dans notre vie en 1987 (Patrick Morvan, alors pilier du team Jet Services, est le compagnon de la maman D'Yvan Noblet). Il m'a dit "la godille c'est rigolo, mais tu peux faire aussi autre chose sur l'eau..." Il m'a mis sur un dériveur, un Kid, petit bateau de lac de 4m avec un mat. C'est comme ça que j'ai commencé à naviguer. Et puis Patrick a racheté, un jour à Saint-Malo, un de ses anciens bateaux, un vieux plan Farr de 1977, qu'il aretrouvé par hasard dans un piteux état. C'était un half-tonner de 9,14 m, l'ancêtre des Figaro.
 

C'est à son bord, à 17 ans, que j'ai fait mes premières courses au large et avec Patrick Morvan des transmanches en double."
"Et puis je suis parti en Irlande avec des copains. Et là, c'est le truc qui m'a marqué. Le déclic. Je suis resté là-bas 3 ans, à faire mon métier d'ostréiculteur, dans le comté de Donnegal. J'ai passé la fin de mon adolescence là-bas, dans ce pays dont je suis tombé amoureux. A noël 2003, Patrick est venu me voir là-bas et m'a annoncé qu'il souhaitait construire un Mini. Je trouvais le temps un peu long et la course au large me manquait. Pendant 3 ans, on a optimisé le bateau et j'ai couru ma première Mini, en 2005, avec l'appui d'un sponsor, le nantais Gérard Mainguy, qui avait aidé Patrick à l'époque. J'ai cassé un safran sur la première étape, je me suis arrêté à la Corogne pour réparer. J'ai terminé la 2e étape 11e. Cette course, je rêve de la refaire avec un nouveau bateau, peut-être en 2010.

"En attendant, je suis en 40 pieds, avec Patrick. Sans lui, je ferais autre chose aujourd'hui. Peut-être ostréiculteur, car les huîtres, ça me manque et j'aimerais bien remonter une affaire. C'est grâce à lui et même pour lui que je suis marin. Je vis de ma passion, je suis salarié d'Appart City et je construis des bateaux. Avec lui, ça se passe super bien. Il a 63 ans, mais pour lui, c'est moi le patron!"
"Il y a eu le Rhum, cette course puis la Jacques Vabre en Novembre. On fera le point en fin d'année. Cette classe dispose d'un support énorme, c'est une super alternative. Je suis fier d'en être un ambassadeur. Après ? pas de Figaro, car je n'ai pas la culture du régatier ni de la monotypie. Si j'y vais, je vais ramasser les bouées... Non, lobjectif c'est de passer à l'étape suivante : un monocoque de 60 pieds. Aujourd'hui, je trouve ces bateaux par moments encore un peu démentiels. Mais ça me plaît, même si je regarde encore ça de loin..."

Propos recueillis par Raphaël BONAMY- Ouest France


Lire les articles consacrés à Yvan sur Appart City
filetbleu

© création : www.ghgraphique.com - crédits photos : Gwendal Hasson - Maison Noblet

commande et réservation chez Jacky
téléphone

Vente à emporter

commande et réservation chez Jacky

video chez jacky
videos chez jacky restaurant

squiban, L'OZ production

Yvan Noblet
Yvan Noblet

Bateau à vendre
Anna

Le Bélon vu du ciel
restaurant, région de Pont-Avenplateau de fruits de merplan d'accès chez Jackychambre d'hôtes en Bretagne